Je proteste contre la hausse des prix de l'électricité prévue le 1er février prochain

Alors que les prix de l’électricité baissent sur les marchés, le gouvernement envisage une hausse du tarif réglementé pouvant atteindre jusqu’à 10% au 1er février, une décision irresponsable et injuste. J’ai interpellé le Ministre Bruno Le Maire au Sénat pour dénoncer cette mesure qui impacte tous les foyers et nos petites entreprises.

Comment se fixe le prix de l'électricité ?

Le prix de l’électricité est fixé par le gouvernement, il est révisable périodiquement après avis de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

Depuis sa création, le 24 mars 2000, sous le gouvernement dirigé par M. Lionel JOSPIN, la Commission de Régulation de l’Energie, autorité administrative indépendante, veille au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz en France au bénéfice des consommateurs et en cohérence avec les objectifs gouvernementaux de la politique énergétique.

Dans le cadre de cette mission, la CRE, présidée par Mme Emmanuelle WARGON, ancienne Ministre de M. le Président de la République Emmanuel MACRON a proposé, le 11 janvier dernier, une baisse de 0,35% du tarif réglementé du prix de l’électricité, le TRVE étant le tarif proposé par le fournisseur historique d’électricité à savoir EDF.

Le Tarif Réglementé de Vente de l’Electricité concerne 21 millions de ménages et deux millions de nos petites entreprises.

Lors de différentes interventions publiques, la Présidente de la CRE a insisté sur le fait que s’il y a augmentation du prix de l’électricité au 1er février prochain, ce sera du seul fait du nouveau gouvernement, celui-ci faisant le choix d’augmenter les taxes alors que les tarifs de l’électricité sur les marchés ont diminué de 30% lors des six derniers mois !

Une augmentation du prix de l'électricité irresponsable

Je considère que cette augmentation prévue au 1er février qui pourrait aller jusqu’à + 10% est irresponsable. Sur un an, les prix de l’électricité auraient ainsi bondi de 39% !

Cette hausse du tarif réglementé au 1er février est aussi une mauvaise nouvelle pour nos petites entreprises et le dynamisme économique de nos territoires.

Alerté par différents acteurs associatifs, j’ai décidé d’interpeller le gouvernement lors d’un débat dans l’hémicycle du Sénat le 16 janvier dernier.

Ces sombres perspectives de hausse du prix de l’électricité sont totalement en décalage par rapport à l’urgence sociale au moment même où un froid glacial s’installe dans notre pays et où les foyers ont déjà de plus en plus de mal à se chauffer.

A la lecture de la vidéo de ma question, vous constaterez que le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, M. Bruno LE MAIRE, a totalement assumé l’injustice de cette décision, il est resté « droit dans ses bottes » sous le prétexte fallacieux d’appel à la responsabilité budgétaire.

Les femmes et hommes politiques lorsqu’ils gouvernent font des choix, définissent leurs priorités. Le nouveau gouvernement de M. le Premier ministre Gabriel ATTAL va faire le choix, fidèle en cela aux orientations politiques des sept dernières années, de ne pas augmenter les impôts des plus riches mais, comme dans le cas présent, d’augmenter les taxes qui touchent tout le monde, indépendamment du revenu de chacun : on ne peut pas faire plus injuste fiscalement.

Lors de sa conférence de presse fleuve du mardi 16 janvier, M. le Président de la République, interrogé par les journalistes sur le prix de l’électricité a « botté en touche » disant ne pas vouloir interférer sur les futures décisions prises par ses ministres : prudence peu coutumière du Président de la République qui semble en dire long sur la sensibilité du sujet….

Je ne manquerai pas de vous tenir informés des arbitrages définitifs sur un sujet qui me préoccupe tout particulièrement en espérant que ma mobilisation ainsi que celle d’autres acteurs politiques, associatifs fasse reculer le gouvernement au moins partiellement.

Soyez assurés de ma mobilisation constante contre les injustices des politiques gouvernementales, injustices qui s’annoncent malheureusement de plus en plus fortes du fait du nouveau cap politique donné par le récent remaniement.

N'hésitez pas à partager

Facebook
Twitter
LinkedIn